Restriction d'eau

Sécheresse : la préfecture du département Territoire de Belfort prend à son tour un arrêté

La préfecture du Territoire de Belfort a décidé de prendre un arrêté de restriction provisoire des usages de l'eau. Il entre en vigueur ce mercredi 29 juillet. Ces dix derniers jours la dégradation du niveau des cours d'eau dans le département s'est accélérée. Malgré les fortes pluies du mois de juin qui ont bien alimenté les nappes phréatiques, le Territoire de Belfort entre dans une période de sécheresse. Le niveau des cours d'eau a fortement baissé depuis trois semaines, notamment dans le piémont vosgien. Et l'absence de précipations dans les jours à venir devrait encore aggraver la situation.

En conséquence, la préfecture du Territoire de Belfort a pris, mardi 28 juillet au soir, un arrêté à titre provisoire des restrictions des usages de l'eau, effectif ce mercredi 29 juillet. Et ce pour au moins deux mois. Il s'agit de privilégier la consommation humaine de l'eau, éviter le gaspillage et concilier les usages économiques avec la préservation des milieux aquatiques.

Sont désormais interdits : - le lavage des voies et trottoirs, terrasses, matériels urbains... - le lavage des véhicules hors stations professionnelles - l'arrosage des espaces verts, pelouses, publics ou privés, sauf golfs et terrains de sport ou plantations de moins d'un an, entre 20h et 10 h. - l'arrosage des potagers en journée - l'alimentation des fontaines publiques d'ornement - le remplissage des piscines de plus de 2 m3, sauf remise à niveau nocturne et premier remplissage.

Ces mesures ne s'appliquent pas s'il s'agit d'eau de pluie récupérée. Les restrictions horaires s'appliquent également pour l'eau de récupération (interdiction entre 10h et 20h)

Enfin, les activités industrielles, commerciales et artisanales doivent mettre en place des réductions de prélèvements et/ou tenir un registre hebdomadaire avec effort de réduction de 10 %, selon leur consommation annuelle.

Tout contrevenant à cet arrêté s'expose à une contravention de 5ème classe, soit une amende allant jusqu'à 1500€ et 3000€ en cas de récidive dans un délai d'un an.